Bref historique du village

Quelques infos sur Uvrier d’avant. ( à compléter …)

Si vous en savez plus prenez contact avec moi siouplé!!! stephanetheler@yahoo.fr

La plupart de ces renseignements sont tirés de l’ouvrage intitulé « Histoire de St-Léonard » de Tamini et Quaclia paru récemment aux « Editions à la carte« .

  • Sur une carte établie vers 1850 pour les besoins de la construction de la ligne de chemin de fer, la Lienne s’appelle encore la Rière. La région d’Uvrier y figure sous le nom « en ouvrier« .
  • Uvrier viendrait-il de la contraction de « auf (der) Rier » phonétiquement « üf Rier » qui donna Uvrier ? (d’après l’auteur !)
  • Chemin de fer : On inaugura le tronçon Sion-Sierre qu’en 1868, avec des gares provisoires , remplacées vers 1878 par un bâtiment de pierre.
  • Les premiers jours de juillet 1880, la première escouade des élèves de l’école Misionnaire vient prendre possession de la maison de Torrenté (pensionnat d’Uvrier)
  • Le 2 juillet 1841, le Pape Grégoire XVI partagea la CssR en six Provinces, dont la « Provincia Helvetica». Au moment des troubles du Sonderbund, les Rédemptoristes furent chassés de Fribourg en novembre 1847, en tant « qu’affiliés aux Jésuites». Durant 33 ans, ils ne posséderont plus aucune maison religieuse en Suisse. Ce fut seulement en 1880 qu’ils réussirent à y fonder une maison, le juvénat d’Uvrier près de Sion.
  • Gare et poste, au XXème siècle prirent de l’importance à cause du pensionnat d’Uvrier.
  • De tout temps, la Rière joua un rôle dans notre histoire, autant que le modeste pont construit pour la traverser. Ce cours d’eau courait librement dans la plaine. A la sortie de la gorge du Beulay (Beulet), il se vit ensuite enserré entre deux rives jusqu’au Rhône, après des endiguements successifs, notamment vers 1868.depuis le XXème siècle, notre cours d’eau sépara les deux dizains de Sion et Sierre. Il servit, en 1840, de frontière entre le Haut et le Bas-Valais.
  • Avec le concours de l’Etat et de la confédération, on réussit, vers 1870, à endiguer fleuve et rivière. Brisant parfois la digue, encore en été 1888, le Rhône inonda le territoire de St-Léonard et d’Uvrier.
  • C’est en été de 1880 que les pères rédemptoristes, à la recherche d’une maison en Valais, acquièrent l’ancienne magnanerie de Torrenté, à Uvrier. Ils y établissent un pensionnat qui sera supprimé en 1953. (Journal intime Marie de Riedmatten 18882-1896)
  • Restait le chemin de la Rière qu’on élargit à plusieurs reprise. A cet effet on démolit même, au nord du pont, une chapelle élevée en l’honneur de Saint Pierre-aux-liens, pour le remercier d’avoir, plus d’une fois protégé le village contre la fureur des flots.
  • La Chapelle dédiée à St-Pierre-aux-liens était située sur les berges de la Rière environ 15 mètres en amont en direction du Beulet, démolition en 1943.
  • Uvrier : (en allemand, Ufryn plus guère usité). 498 mètres. Partie de la commune de Sion qui s’avance vers l’Est des collines de Valère et de Tourbillon, sur la rive droite de la Liène. Sa principale agglomération forme, pour ainsi dire un quartier du village de St-Léonard dont la rivière seule le sépare. Ce groupe d’habitations, adossé au coteau, est lui-même divisé en deux districts; il est appelé Uvrier par les gens de Sion, pour la partie relevant de cette commune, et La Mayaz par ceux d’Ayent dont relève la partie supérieure. 18 maisons, 262 h. catholiques de la paroisse de Sion.Agriculture , viticulture. Forces motrices prise à l’embouchure de la Liène pour les services industriels de la ville de Sion. École communale. A 600 mètres à l’Ouest de la rivière, entre la route et le coteau, est une ferme (propriété de L’État du Valais) établie vers 1850 pour l’élevage du ver à soie et qui depuis, a été occupée par différentes institutions, notamment par un orphelinat, et depuis un quart de siècle, par un institut agricole dirigé par des ecclésiastiques alsaciens et français sous la juridiction de l’Evèque du diocèse de Sion; des professeurs laïcs y donnent aussi des leçons théoriques et pratiques de jardinage et d’arboriculture. Les élèves suisses n’y sont pas admis en raison du caractère de cet ordre religieux, visé par l’article 51 de la Constitution fédérale; mais l’établissement compte environ 150 élèves étrangers, pour la plupart d’origine française.
  • Uvrier Hameau de la commune de Sion (Valais)
    d´un bas latin *vouria, ancien haut allemand *waura, « terre en friche
    En 1200 Woures;
    en 1250, Wurie
    en 1267 Vurie et Wurye
    en 1380 Huvrie;
    Huwrez, Ufrez, Ufreyz, dans la charte de 1447.
    Ouvrier en 1906
    (d’après dictionnaire des noms de villes et villages pages 147,148, année ?) Merci François Praz !

Quelques anciennes photos d’Uvrier

La magnanerie Le bâtiment des Rédemptoristes L’orphelinat Les ateliers artistiques …puis le centre commercial d’Uvrier en photos